Les ondes GSM sont-elles nuisibles à la santé ?

Publié le par Céline

Les ondes GSM* permettent aux utilisateurs de téléphones portables de communiquer entre eux. Cependant, les professionnels de l’industrie de téléphonie mobile ont mis sur le marché des téléphones GSM sans même en étudier l’impact sur la santé des utilisateurs. Dirk Adang, chercheur à l'école polytechnique de l'Université catholique de Louvain (UCL), a effectué une étude qui révèle des résultats impressionnants.

« L'Organisation mondiale de la Santé préconise davantage de recherches à long terme à basse puissance, remarque le chercheur. L'étude épidémiologique de l'impact des ondes électromagnétiques sur la santé humaine nécessite d'attendre jusqu'en 2015 si l'on considère l'explosion de la téléphonie mobile à partir de 1998. Vu ce délai, il m'est apparu important de ne pas attendre cette échéance avant d'avoir une mesure partielle de l'impact, sur la santé de mammifères, des champs électromagnétiques à faible niveau… »

L’expérience sur nos amis les rats

Il faut savoir qu’un rat vit en moyenne 2 ans et demi et possède 90% de matériel génétique en commun avec l’homme. Afin de mesurer l’impact des ondes pulsées utilisées dans les technologies mobiles (GSM, antennes relais, wi-fi, radars…), le chercheur a constitué 4 groupes de rats. L’expérience consistait à exposer trois de ces groupes à trois niveaux d'exposition électromagnétiques différents pendant 18 mois. Le dernier groupe est le groupe témoin. Dirk Adang précise : « Cela signifie que j'ai exposé ces mammifères pendant 70 % de leur vie à des niveaux conformes aux standards internationaux en vigueur. Soit, une moyenne de 27 volts par mètre à raison de deux heures par jour, sept jours sur sept. »



Les résultats constatés

Pour vérifier l'impact sur la santé des rats, des échantillons de sang ont été prélevés tous les trois mois. On constate une augmentation des monocytes comparativement au groupe témoin. Ces globules blancs sont une partie du système immunitaire et jouent un rôle important dans le processus d'élimination des particules étrangères au corps humain.

« Le taux de mortalité des rats de labo double en cas d'exposition aux ondes pulsées des GSM. »

Le taux de mortalité dans les trois groupes exposés est le double (60 %) de celui constaté dans le groupe témoin (29 %). De quoi sont-ils exactement morts ? Sur les 124 rats, seulement 19 ont fait l'objet d'une dissection. Un nombre trop peu élevé pour être significatif et établir des comparaisons. Relevons le fait que 16 des 17 rats exposés à des champs électromagnétiques sont morts de tumeurs diverses (cou, genou…).

124 cadavres de rats sont, à ce jour, conservés dans du formol jusqu'à ce que les organes puissent être analysés. Ceci pourrait permettre d’établir si l'exposition aux micro-ondes a engendré un vieillissement prématuré des rats.

Et chez les hommes ?
On le saura en 2015...

 

Tous à vos zapettes !!!

France 5 diffusera,  le dimanche 25 janvier 2009 à 15h36, un documentaire intitulé « Les antennes de la colère ». Différents questions seront soulevées : les antennes-relais provoquent-elles des effets néfastes sur la santé ? Leur proximité rend-elle malade ? En faisant le tour des arguments pro et anti-ondes, cette enquête tente d'apporter un éclairage objectif sur ce débat.

Si vous l’avez loupé, pas de problème, il sera rediffusé le jeudi 29 janvier à 16h30.

 

*GSM = Global System for Mobile

Sources :

http://www.lesoir.be/actualite/sciences_sante/sante-l-etude-de-dirk-adang-2008-06-24-609322.shtml
http://www.numerama.com/magazine/10054-Des-rats-de-laboratoire-victimes-des-ondes-GSM.html

Publié dans Liens maladie-facteurs

Commenter cet article

Céline 25/01/2009 13:21

Dormir avec son téléphone portable sous son oreiller est peu recommander. En effet, voici la liste des dix mesures de prudence pour le GSM*:

- Interdire le GSM aux moins de 12 ans.
- Utiliser le mode haut-parleur ou un kit mains libres et garder le téléphone à plus d’un mètre du corps.
- Rester à 1 mètre de distance d’une personne en communication.
- Eviter de le porter sur soi.
- S’il est en poche, veiller à ce que la face « clavier » soit dirigée vers le corps.
- Veiller à ne l’utiliser que pour établir le contact ou pour des conversations de quelques minutes.
- Changer le GSM d’oreille régulièrement, et attendre que le correspondant décroche pour porter le GSM à l’oreille.
- Eviter de l’utiliser quand la force du signal est faible ou lors de déplacements rapides (trains, voitures…).
- Communiquer par SMS.
- Choisir un appareil avec un « débit d’absorption » (DAS) le plus bas possible.

* Source : « rapport Servan- Schreiber », guerir.fr

Emeline 24/01/2009 20:16

Je dors avec mon téléphone portable sous mn oreiller. Est-ce grave?